• Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black YouTube Icon
Rechercher

Faut-il se dire "Je t'aime"?



Luc et Shelley sont assis à la table du salon de thé dans lequel ils se sont donnés rendez-vous la semaine dernière. Ils parlent souvent de leurs projets, de leurs rêves et de leurs déceptions pendant les pauses au travail, à midi ou le temps de fumer une cigarette. Ils ne se connaissent pas depuis longtemps mais leur parcours professionnel les a amenés sur un projet commun en lien avec la communication de leur entreprise. Shelley était à l’origine d’une super idée sur un nouveau concept qui apportera un certain renouveau à la marque pour laquelle ils travaillent. Luc avait rejoint une réunion où elle avait présenté ces innovations. Ils travaillent parfois ensemble et se retrouvent dans les mêmes réunions sans jamais avoir le temps de mieux se connaître.


Un soir Shelley partage avec ses amis sur Facebook les esquisses griffonnées sur un bout de papier d’un autre projet, sous forme de mindmap. Pour Luc c’est le flash, un coup de cœur. Ce projet rayonne tellement en lui qu’il se dit secrètement : c’est exactement ce que j’ai envie de faire!

Le lendemain, pris par le flux des tâches qui s’enchaînent dès l’arrivée au boulot, Luc fonce tête baissée dans le travail. Ça lui plaît de travailler comme ça à Luc: que tout soit bien fait, nickel, pro. Il y a une forme d’excitation à travailler comme ça, il en est bien conscient mais après tout pourquoi pas? N’est-ce pas un peu ce qu’on lui demande finalement. Il est apprécié au bureau parce qu’il est efficace. On ne lui répète pas deux fois ce qu’il faut faire, il anticipe même parfois sur ce qu’on va lui proposer. Apprécié mais pas forcément mis en avant, pratique mais quand même tenu à distance. Il aimerait parfois mettre plus de sens dans ce qu’il fait, que ses idées soient reconnues mais se poser ce genre de questions, c’est comme entrer dans le labyrinthe du Minotaure ou pénétrer dans la cité interdite du roi des nains (#seigneurdesanneaux): qui n’a pas déjà essayé cette galère? Ont-ils réussi et à quel prix ... Alors il attend, Luc, en sous-régime mais le cœur plein d’envies et de rêves.


A 10h00, son chef de service l’appelle sur la messagerie interne et lui demande de passer le voir pour lui parler d’un courrier qu’il a reçu la veille. Luc s’y rend sans attendre avant de commencer quoique ce soit d’autre. Juste avant d’arriver à l’escalier de son étage, un attroupement créé un mini bouchon dans le couloir et il essaie de le contourner pour atteindre la porte. C’est alors que Shelley sort de son bureau. Elle a oublié un original dans la photocopieuse et sort pour aller le récupérer. Luc la rencontre exactement au moment où elle franchit le seuil et leurs regards se croisent rapidement même si le temps semble se suspendre et qu’il paraît s’être étirer pour laisser au destin l’espace d’accueillir un moment unique. Luc décide de s’arrêter car il n’a pas l’occasion de lui parler très souvent et aussi parce que l’image postée la veille par Shelley refait surface dans son esprit au moment même où il la reconnaît.

- Salut Shelley! Tu fais jamais de pauses toi? 23h30 ... toujours en création de projet!

- Et toi? T’étais pas censé dormir? Je venais de coucher ma petite et ma femme finissait une bonne série dans le bureau ... Je m’accordais un moment sur Facebook. Dis-moi ton projet, j’adore ! On commence quand?

-Tu rigoles ou quoi? Je me sentais pas de m’y lancer seule. Franchement, je crois que j’ai vu trop grand encore... Faut qu’on se trouve un moment pour en parler, ça te dit?


Shelley et Luc se retrouvèrent plusieurs fois pour imaginer les différentes étapes du projet. La femme de Luc ne s’en plaignait pas; ce projet lui redonnait le moral et correspondait à tout ce qu’il avait toujours voulu faire. Après quelques semaines, le verdict tomba: le projet devait voir le jour et ils allaient y travailler en parallèle.


///


Luc et Shelley sont assis à la table du salon de thé dans lequel ils se sont donnés rendez-vous la semaine dernière. Ils parlent de leurs projets depuis quinze minutes. L’ambiance gâteaux maison et arômes de cafés emportent leurs discussions et ils s’apprêtent à passer un cap: signer ensemble pour le dépôt des droits de leur concept fraîchement finalisé.

Un silence s’installe. Shelley sourit et dit:

- Je dois te dire quelque chose, Luc. Je t’aime, tu es quelqu’un pour qui je ressens beaucoup d’amour et j’avais vraiment envie de l’exprimer ce matin en cet instant solennel.

Luc reste sans voix. Le temps s’arrête un peu. Les ruminations démarrent dans sa tête: amour - travail - projet - limites - c’est quoi ça? - hors sujet - chouette quand même ... Il prend trois secondes pour accuser le coup. Il comprend bien que ce n’est pas une déclaration d’amour et Shelley n’est pas en train de lui faire des avances. C’est une pensée d’amour qui vent de s’exprimer, la reconnaissance d’un sentiment, l’expression d’une émotion simple mais tellement forte.


On ne parle pas d’amour au travail. On met ses sentiments de côté. La leçon, il la connaît bien - on la connaît bien tous - mais quelque chose le guide au-delà de ça. Peut-être ces longues années à vivoter dans un poste qui ne lui convient pas vraiment. Ou les frustrations des ces demi-relations authentiques que nous vivons tous au travail : on parle des prochaines vacances, des bonnes affaires, on attend le week-end mais quel vide!


A bien y réfléchir, c’est plus de l’amour qu’un projet véritable que Luc recherche mais s’est-il vraiment autorisé à le souhaiter?

La gorge anesthésiée et les yeux écarquillés il répond à Shelley:

- Waouu alors là, je ne m’y attendais pas ... Je ne vais pas pouvoir te répondre de suite. Laisse moi encaisser.

-Non mais je n’attends rien. Et tu sais dans ce projet que l’on va démarrer ensemble, c’était important pour moi de te le dire. C’est comme ça que j’aimerais travailler maintenant, sans déconnecter cette partie de moi qui n’est pas que du mental ou du raisonné. C’est ça qui m’a donné l’idée de ce projet.


///


L’histoire de Luc est Shelley nous ramène à l’essentiel. Faire les choses avec amour.

Ce vieil adage tellement usé qu’on en a presque oublié l’évidence. L’épuisement est souvent l’écho de ce vieil adage qui nous ramène à la question essentielle du sens et de la joie que nous mettons à ce que nous faisons. L’amour est une composante essentielle de la prévention du burn-out et du bonheur au travail. L’amour comme la gentillesse sont souvent rangés trop rapidement dans le carton des mièvreries alors qu’il faut beaucoup de courage pour s’attaquer à ces colosses du cœur et trouver sa véritable direction intérieure.


Au détour d’un séjour MySpace, vous croiserez peut-être Luc et Shelley autour d’un café ou d’une part de gâteau au chocolat.


Nicolas Brun

28 vues

My SPACE, une création MINDFUL SPACE SAS

Séjour dédié à la prévention du burn-out en région Occitanie

Tel: 0626728270, contact.web.myspace@gmail.com

©2023 by myS.P.A.C.E. Fièrement propulsé par Wix.com

Mentions légales

Conditions générales de vente

Dossier de presse